Conférences

Nos conférences-débats sont prévues dans un format de deux heures. Certaines existent déjà, mais nous nous ferons un plaisir d’en concevoir sur-mesure pour vous.


Souffrances dans la cour de l’école : mieux armer les enfants contre le harcèlement.

Certains enfants, dès la fin du primaire et plus fréquemment encore au collège sont pris dans l’horrible cercle vicieux du harcèlement. Démunis, ils ne se sentent souvent aidés, ni par l’Institution, ni par les adultes, pour en sortir. Pourtant, le remarquable pragmatisme de la thérapie brève issue de l’Ecole de Palo Alto peut, en quelques séances leur fournir les outils relationnels pour que leur souffrance s’apaise. C’est ce qu’illustre cette conférence en s’appuyant sur des exemples concrets de notre pratique clinique.

Nos nouvelles conférences.


Entre amour et autorité.

Ils passent leurs vies sur leur portable. Ils oublient de se laver. Ils prennent notre salon pour un bar ou un vestiaire et leur chambre pour un élevage de cafards. Ils ne sont jamais contents. On a peur qu’ils se droguent, qu’ils fassent de mauvaises rencontres, qu’ils passent à côté de leur scolarité. Leur simple présence finit par nous agacer prodigieusement ou nous angoisser terriblement. Ils sont très doués pour nous culpabiliser. Il pique des crises dantesques ou semblent atteints de léthargie paralysante. On les aime tellement, en même temps. Une conférence pour les parents de (pré)ados qui n’en peuvent plus. Parler d’amour et d’autorité avec humour et sérieux pour que les relations avec ce peuple étrange s’apaisent enfin.

Toute vérité n’est pas bonne à dire (ou pas).

Cette conférence à la fois drôle et émouvante, s’adresse aux parents désemparés devant certains événements et qui s’interrogent sur la façon d’en parler aux enfants.
Deuils, maladies, situations douloureuses avant ou juste après leur naissance, quels sont les éléments à prendre en compte pour décider si nous devons leur en parler ou pas? Si nous ne le faisons pas, que faire à la place ? Et si nous décidons de leur en parler, comment le faire pour leur éviter un excès de souffrance tout en les aidant à surmonter la situation d’un point de vue émotionnel ? Autant de questions parfois très douloureuses lorsque les familles sont confrontées à es accidents de la vie.

Jeux vidéos, smartphones, autres écrans et addictions.

Ils nous font peur ces écrans. Et cette toile infinie, pleine de recoins sombres et inquiétants, nous avons envie d’en protéger nos enfants, pour qu’ils ne rencontrent pas des pédophiles, des terroristes, de la pornographie, de la violence sous toutes ses formes. Nous sommes désolés, aussi, qu’ils passent à côté de la vraie vie, des balades en vélo et des cabanes dans les bois à cause de jeux vidéos idiots et violents et de séries télé abêtissantes. Mais les règles que nous tentons de mettre en place sont souvent négociées, voire bafouées, nos tentatives de contrôle vaines et nos discours de prévention accueillis avec un air navré par cette génération à la fois post-moderne et numérique et pour laquelle l’écran est un membre supplémentaire. Comment réguler avec eux sur cette nouvelle façon d’être au monde, sans déteriorer la relation ? Telle est la question à laquelle tente de répondre cette conférence Chagrin Scolaire.

Les enfants différents, de quoi ?

On peut se poser la question de ce que serait un enfant qui ne serait pas différent. Mince, sportif, les dents blanches et bien alignées, doué scolairement, mais pas soumis, curieux, sain, généreux mais malin, parlant plusieurs langues, n’aimant que modérément les jeux en ligne et les réseaux sociaux ?
Nous n’en avons pas encore rencontré. Dieu soit loué !
Inquiets par ces normes de plus en plus étroites, nous sommes prompts à les étiqueter avec des diagnostics qui déresponsabilisent un certain nombre d’acteurs : parents, professionnels et malheureusement aussi ceux-là même que nous diagnostiquons, les enfants et les adolescents.
Ce faisant, nous prenons le risque de les traiter comme des personnes sans ressources les enfermant toujours un peu plus dans ces étiquettes limitantes. C’est le cas des diagnostics dits « négatifs » comme les TDA/H ou les DYS. Ca l’est également, contrairement aux idées reçues, pour les hauts potentiels à qui on dénie souvent toute intelligence relationnelle et auxquels on accole de plus en plus un problème d’ «hyper-sensibilité »..
Comment modifier les interactions que nous avons avec eux pour apaiser les relations difficiles avec ces enfants « différents » et les souffrances qui en découlent pour eux et pour nous, tel est le propos de cette conférence qui suscite toujours beaucoup de questions.

Pannes et décrochages scolaires : comment remobiliser nos enfants ?

Il est difficile d’apprendre sans plaisir. Pourtant, de nombreux enfants travaillent sous contrainte et parce qu’ils y sont obligés. Ils apprennent mal et de façon superficielle. Il est difficile d’avoir confiance en soi et dans ses ressources lorsque tout le monde s’inquiète à notre place et prend en charge notre scolarité. C’est pourtant cette prise en charge excessive qu’illustrent à merveille les disputes parfois très intenses qui ont lieu dans de nombreuses familles le soir au moment des devoirs. Comment responsabiliser les enfants et les adolescents face à leur scolarité sans les abandonner ? Comment les aider à être en relation avec ce monde qui est le leur sans le faire à leur place ? Comment créer un contexte relationnel propice au désir d’apprendre ? Ce sont ces questions auxquelles répond cette conférence à la fois émouvante et pratique pour un grand nombre de parents démunis.

Si enseigner devient éprouvant : pistes de réflexion vers l’apaisement.

Enseigner devient parfois une vraie source de souffrances. Essentiellement relationnelles face à des classes qu’il semble difficile voire impossible d’intéresser, de cadrer, de gérer, tout simplement. Souffrance solitaire car implicitement niée par l’environnement. Souffrance honteuse pour les mêmes raisons. Souffrance qui évidemment génère des conséquences à la fois pour l’enseignant lui-même, pour ses élèves, pour les parents. Souffrance qui trouve peu de solutions d’apaisement dans les structures existantes. Comment, grâce aux outils issus de la thérapie brève reprendre le contrôle de la relation avec sa classe et retrouver plus de sérénité, voici les thèmes abordés par cette conférence qui intéressera autant les enseignants eux-mêmes que les chefs d’établissement souvent démunis pour aider ces derniers.

Les relations parents-enseignants, et l’enfant dans tout ça ?

S’il est bien une relation qui se durcit aujourd’hui, c’est celle qui lie certains enseignants et parents d’élèves. Se sentant très rapidement jugée incompétente par l’autre (l’une dans son métier, l’autre dans sa parentalité) chacune des parties se renvoie la balle dans des escalades symétriques souvent stériles, blessantes et contre-productives. En effet, l’enfant ou l’adolescent dont il est question lors de ces débats se démobilise d’autant plus du sujet dont il est question (et qui devrait pourtant l’intéresser au premier chef) que ce dernier est pris en charge par des adultes qui semblent eux, au contraire, intensément mobilisés. En se servant d’exemples issus de notre pratique clinique, cette conférence -qui s’adresse aux deux populations et qui est souvent commandée par des associations de parents d’élèves-donne des pistes d’actions pragmatiques pour que cette relation s’apaise et mette l’enfant ou l’adolescent face à ses responsabilités.

L’enfant et la nourriture : entre plaisir et contrainte.

Il est un certain nombre de verbes qui ne supportent pas l’impératif. Le verbe aimer, le verbe lire, le verbe ressentir. Il en va de même pour celui de manger. A l’instar du sommeil et de la propreté voici un territoire éminemment intime et qui est pourtant régulièrement envahi par des injonctions parentales. Qu’il s’agisse d’enfants qui ne se nourrissent pas assez et que nous tentons par un certain nombre de moyens de contraindre à manger plus ou bien d’enfants que l’on considère comme trop gros par rapport à une norme socialement acceptable, le risque est le même de « dérégler » un processus naturel et de finir par provoquer exactement l’inverse de ce que nous souhaitons. Quelle attitude adopter alors, quand un nourrisson ne prend pas les grammes nécessaires ou quand un ado se goinfre sans vergogne? Tel est le type de questions auxquelles tente de répondre cette conférence destinée aussi bien aux parents qu’aux professionnels de l’enfance.

Au lit maintenant !

A l’instar de tout ce qui relève des sensations chez les enfants, comme la nourriture ou la propreté, le sommeil est souvent le lieu d’injonctions paradoxales de la part des jeunes (et moins jeunes) parents. Le coucher interminable, les cauchemars et autres réveils en pleine nuit (ou beaucoup trop tôt le matin) peuvent devenir de vrais problèmes et altérer la qualité des relations familiales. Cette conférence, en s’appuyant sur les nombreux cas résolus dans les centres A 180 degrés aide les parents démunis aux yeux cernés à responsabiliser leur enfant sur sa capacité à réguler son propre sommeil grâce aux outils de la thérapie brève et stratégique de l’Ecole de Palo Alto.

Les émotions de nos enfants : anges ou démons?

Les émotions qui submergent les enfants sont souvent très difficiles à gérer par leurs parents ! Comme par un fonctionnement de vase communiquant, tout parent a eu un jour la sensation d’avoir le cœur brisé en voyant son enfant maltraité dans la cour, de se sentir absolument désemparé devant une de ces colères trépignantes, d’être submergé par une angoisse terrifiante que rien ne semble pouvoir apaiser. Ses émotions sont pourtant des boussoles infiniment précieuses pour qu’il se développe et sache être au monde. Comment les accueillir pour mieux les apaiser dans différents contextes, voici le fil directeur de cette conférence qui suscite toujours beaucoup de questions dans l’assistance.

Cette conférence existe aussi pour les émotions des tout-petits (idéale pour les relais d’assistantes maternelles ou les crèches)

De la cour de l’école à la machine à café : quand le harcèlement persiste

Les apprentissages relationnels faits dans la cour de l’école ne s’arrêtent évidemment pas le jour où la dernière sonnerie retentit. lorsqu’un adolescent n’a pas réussi à trouver les solutions interactionnelles pour enrayer le cercle vicieux du harcèlement, il sera évidemment désarmé dans le monde de l’entreprise qui peut également être féroce. Dans cette conférence, Emmanuelle Piquet qui a longtemps été DRH rapproche grâce à des cas concrets, le harcèlement entre enfants et celui propre au monde du travail pour en tirer des conclusions pragmatiques et immédiatement applicables dans le premier territoire comme dans le deuxième. Cette conférence débat constitue une entrée en matière idéale pour les entreprises souhaitant mettre en place les outils de Palo Alto pour résoudre les problèmes relationnels internes et externes.